RADIO(S)



PORTRAIT Dominique Guerrero

Cette itw a été réalisée en 2006 par http://artsvivants11.fr/IMG/pdf/perspectives_automne_de_bourg.pdf

Qui mieux que DOM pour parler de DOM et de "sa" radio? 

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

Etudes secondaires, bac littéraire, préparation aux Beaux - Arts, quelques rencontres déterminantes (Jean-Baptiste Mondino, Fred Chichin, Taxi Girl ...) et toujours un pied dans l’univers du rock et de la contre -culture.

Peux-tu nous raconter la création de Radio Ballade ? 

Radio B. est née officiellement le 9 septembre 1981 dans la mouvance des premières radios libres après avoir été pendant quelque temps une radio pirate ; installée au départ au domaine de Belle vue à Campagne sur Aude, elle est allée ensuite à Quillan pour se retrouver actuellement à Espéraza. Plutôt engagée à l’extrême gauche à l’origine elle s’est spécialisée au fil du temps en radio de découverte axée sur les musiques actuelles tout en conservant une éthique et une culture alternative, notamment en restant très vigilante sur des principes de base tels que l’absence totale de publicité à l’antenne et d’annonceurs à vocation commerciale, afin de pouvoir conserver notre liberté de ton et de parole.

Pourquoi avoir élu domicile dans la haute vallée ?

La radio est née dans la Haute Vallée à l’initiative de gens de la Haute vallée et c’est son bassin d’écoute traditionnel même si depuis nous couvrons une bonne partie de l ‘Aude. C’est aussi une sorte de challenge pour nous de maintenir depuis 25 ans une radio différente de ce que propose la bande FM en général dans un environnement rural et classé moyenne montagne.

Depuis quelques années, Radio Ballade est membre du réseau Ferarock, peux-tu nous expliquer en quoi ce réseau est primordial pour le fonctionnement de ta radio ?

D’abord 2 mots sur la ferarock : la fera est une fédération regroupant 27 radios indépendantes et plutôt rock (au sens générique du terme) fonctionnant plus ou moins sur le même modèle, à savoir l’absence de pub, et une programmation plutôt axée sur les indépendants, les petites structures et les autoproductions grâce à des gens passionnés. Au fil du temps la Ferarock est devenu un acteur incontournable et reconnu par l’industrie musicale par sa vocation de radios de découverte et nous sommes présents sur des gros évènements tels que les Transmusicales de Rennes, le printemps de Bourges, le Fiberfib à Bénicassim, etc... De ce fait nous recevons énormément de musique d’un maximum de labels, ce qui permet de faire découvrir à nos auditeurs des tas de choses qu’ils n’ont pas l’occasion d’écouter ailleurs et à des années lumières du top 50 ou de la star ‘ac. J’ajouterais que Radio B. fait partie, avec 5 autres radios de la Fera, de la commission d’écoute qui décide, au niveau national, des partenariats avec les artistes et les labels.

Comment définirais-tu ton engagement auprès de Radio Ballade ?

Entre le sacerdoce, la crise mystique et l’histoire d’amour...

On a fêté le week-end des 8 et 9 septembre, les 25 ans de Radio Ballade ? Quel bilan peux-tu faire de ces 25 années ?

Depuis 25 ans Ballade s’est construite et est arrivée à une certaine reconnaissance locale voire nationale au niveau de la Ferarock sans rien renier de ses idées de départ ; elle est devenue un acteur reconnu du paysage médiatique et culturel audois en gardant son intégrité.

Est-ce qu’il y a un événement, un artiste, une rencontre qui t’a particulièrement touché dans le cadre de Radio Ballade ?

Beaucoup de concerts où il y a eu la petite étincelle qui a fait toute la différence et pour les rencontres c’est plus au niveau de l’humain que de l’artistique mais ça ferait beaucoup de monde à citer... au risque d’en oublier.

Comment vois-tu les 25 prochaines années ?

Du strict point de vue comptable, l’avenir est plutôt sombre pour les radios associatives mais plutôt encourageant au niveau des énergies qui semblent naitre sur la Haute vallée et sur la région en général.

Le mot de la fin ?

Ça fait 25 ans que Radio Ballade jongle et il n’y pas de raison que ça ne dure pas encore 25 ans.

 

 

 

Partager